Le meilleur du tir sportif

Apprendre, progresser, gagner, promouvoir!

Tir sportif : contre exemple d’un système valorisant la performance

Championnat tir sportif : contre exemple d’un système valorisant la performance

Êtes-vous compétiteur en tir sportif ? Avez-vous remarqué que votre saison se joue sur un coup de dés, à savoir un match ? Vous en connaissez beaucoup des sports où les compétitions officielles se pratiquent une fois par an au niveau départemental et une fois par an au niveau régional ? Comment vous sentez-vous après votre match ? Déçu que cela s’arrête là ou bien content que cela se termine ? Connaissez-vous d’autres sports qui proposent plus d’évolution dans le championnat ?

Nombreux sont ceux qui tirent leur match et disparaissent avant la fin de la compétition ; pour eux, les dés sont jetés ! Il n’y a guère qu’en arme ancienne, en silhouettes métalliques, ou en TAR, que l’envie se poursuit au point d’enchaîner les matchs. Une fois la série tirée, les tireurs se préparent bien vite pour tenter leur chance dans une des autres disciplines. L’envie de faire un bon ou un meilleur match les réjouit, histoire de repartir avec l’idée d’avoir gagné quelque chose.

Avez-vous remarqué comme le mot "gagner" ne fait pas partie du vocabulaire du tireur ? N’est-il pas le reflet qu’on ne gagne rien en tir, même pas le sentiment de s’être accompli ? L’épanouissement devrait être au cœur de notre activité, pourtant j’ai là encore l’impression que ceux qui vivent cela ne sont pas bien nombreux. Les championnats départementaux et régionaux prennent parfois des airs de pointeuse. Le tir est une discipline mettant en valeur la rigueur mais cela ne doit pas la rendre austère pour autant.

Et si on proposait une autre vision que celle-ci ? Et si on se mettait au diapason des autres sports ? Le tir a tout à y gagner ; lui qui parfois doit batailler pour justifier de son appartenance à la famille des sports. D’ailleurs je ne sais pas si notre système de championnat n’est pas unique en son genre.

Je tire depuis 1992, entraîne depuis 1994 et j’avoue que l’idée de changer de système ne m’est apparue que depuis 2 ans, c’est-à-dire quand j’ai débuté une autre carrière sportive pour me dépolluer un peu. Pour ceux qui n’ont jamais connu autre chose en matière de compétition, j’imagine qu’ils ne se sont jamais posés de telles questions et que l’idée d’un changement peut leur être pénible à entendre.

Le tir sportif manque cruellement d’ambition. Le débat d’idée a été lancé lors des assises du tir mais je crois bien que rien ne bouge et que les vielles idées siègent toujours. La FFTir serait-elle au point mort ? 140 000 licenciés en 2008 à la louche. Bientôt on sera rattrapé par le curling ! Encore que, eux, on sait pourquoi ils patinent !

Je ne suis pas seul à rêver d’un championnat qui donne envie de se battre encore sur quelques coups pour défendre une entrée dans un top 10 départemental puis régional. Je ne suis pas le seul à rêver d’un match qui propose (au pratiquant comme au spectateur) de vivre des émotions plus intenses encore. Un championnat qui incite le participant à rester un peu plus longtemps, au cas où les événements lui seraient favorables pour défendre sa chance et accéder au niveau supérieur. Avec le système actuel, les jeux sont faits presque d’avance. Cela devient décidément très ennuyeux à mes yeux. Le circuit national y met un peu de piment heureusement, mais cela me semble en-dessous de ce que devrait réaliser notre fédé. Cela dit, c’était probablement là un début de réflexion enclin à une prochaine évolution.

"Défendre sa chance" : C’est ça l’idée mais bien sûr ! La médaille on s’en moque et puis une fois qu’on l’a, reste-elle comme un souvenir impérissable d’une victoire obtenue à l’arrachée ? Elle finissent toutes entassées dans des boites à chaussures. Ça, c’est quand on est arrivé en haut de la pyramide qu’elle compte. Ce qui doit nous guider c’est l’envie d’aller plus loin, plus haut, en empruntant le chemin du sport qu’on aime. Le sport est alors choisi comme moyen d’évasion, de rencontre, de combat, d’excitation…

Si on disait en plus aux organisateurs qu’en faisant ainsi, ils feraient des économies de médailles… Il est bien sûr envisageable, et cela selon les moyens imaginés disponibles, d’appâter un peu en offrant un peu plus au gagnant.

Imaginons un autre mode de championnat où le mot qualification prend un sens ; un truc type : championnat 10 m pistolet et carabine. La D3 pistolet (hommes + femmes) sur un stand et la D3 carabine (hommes + femmes) dans un autre. Match de sélection façon tournoi des clubs en 60 coups + tirs de duel pour le classement des tireurs. Les 3 premiers montent en D2, les 3 derniers descendent en D3, les autres se maintiennent. Vous feriez quoi vous ? Vous vous défonceriez pour la montée, pour assurer le maintien ou bien… ? L’image du niveau de jeu vous poussera forcément à vouloir vous mesurer aux meilleurs tireurs en 1ère division. Après ça, facile de faire une sélection pour les CDF. Voilà un système qui valorise la performance via un échelonnement des niveaux de pratique et qui amène un peu d’enjeu, celui de l’estime de soi entre autres. La fierté de réaliser quelque chose d’unique.

Finies les salles non homologuées comme ces "hangars" dans lesquels on s’entasse pendant deux jours pour tirer le championnat régional. Plus de problème pour trouver la commune et le club enclin à organiser ce truc toujours plus coûteux et lourd à organiser. Chaque club est acteur et y trouvera son compte.

Je vous livre quelques détails : On peut imaginer la catégorie vétéran remplaçant les catégories S2 et S3 ; Senior n’étant valable que pour les moins de 45 ans. Pareil pour les Dames. Pour les jeunes C et J ensembles. École de tir à voir. Ces catégories existent déjà dans certaines disciplines comme la cible mobile ou les armes anciennes, alors le changement n’est donc pas si radical.

Difficile de le faire dans des disciplines qui ne sont pas olympiques en raison de la multiplication des disciplines d’ailleurs inventées pour faire durer le plaisir… Quoiqu’en silhouette on pourrait faire ses qualifications grâce aux Agrégates et à bien y penser, la même chose est possible en Armes Anciennes ou en TAR. Le classement se fait sur l’association de plusieurs matchs. On récompense ainsi le meilleur tireur c’est sûr ! Le championnat de France redevient une récompense pour les tireurs soucieux de défendre leur titre ! Même moi je n’y aurais pas ma place avec 560 !

Je n’ai là encore rien inventé, ce système existe depuis longtemps, il est là sous vos yeux ! Allumez votre télé, regardez les infos sportives. Il n’y a pas un sport où la qualification se fait sur un tour de piste. Toutes se font sur des niveaux départementaux ou régionaux à plusieurs tours ou sur sélections via des résultats obtenus lors d’autres manifestations.

Le tir sportif a vraiment à y gagner avec ce type de vision. A moins que cela ne soit au-dessus de ses forces et de son imagination.

Benoît HÉRAULT

  • Aucun document